La formation F3 soutenue par PPP-ésn

Les formations F3 sont des formations complémentaires pour les personnes qui donnent des formations initiales et continues en TIC et en pédagogie des médias aux enseignants et enseignantes ou bien qui les conseillent et les soutiennent pour l’intégration de ces matières dans leur enseignement.

Organisation

Depuis 2002 et d’ici à fin juillet 2007, 23 formations F3 auront été organisées par les cantons avec le soutien de la Confédération dans le contexte de PPP-ésn. L’organisation de ces formations s’est faite et se fait encore la plupart du temps dans des cadres intercantonaux. La tendance actuelle montre que ces cours ont le plus souvent été conceptualisés et organisés par les HEP en collaboration avec les responsables TIC des cantons. De manière générale, les formations F3 ont été largement réalisées et les personnes formées sont actuellement en activité.

Contenu

Ces formations d’accompagnement professionnel insistent sur le développement et l’approfondissement de contenus qui seront par la suite transmis au niveau F2 et sur l’acquisition de compétences didactiques de base et de formation d’adultes. Elles sont constituées de modules principaux qui permettent aux participants et participantes d’acquérir les compétences nécessaires afin de pouvoir une fois la formation terminée former d’autres enseignants et enseignantes ou être des personnes de référence dans leur propre environnement de travail. La formation comprend environ 250 heures de travail, dont 100 ont lieu en groupe. 150 heures sont consacrées à la préparation de scénarios pédagogiques visant l’intégration des médias et des TIC à l’école.

Scénarios pédagogiques

A l’exception de 3 cantons, les scénarios sont mis à disposition. Généralement, ces scénarios sont publiés sur le site du centre de compétence cantonal, de la HEP ou/et dans la base de données du Serveur suisse de l’éducation. www.scenarios.educa.ch permet d’y accéder.

Utilisation des scénarios pédagogiques

En ce qui concerne l’utilisation des scénarios pédagogiques dans les écoles, il ressort principalement des 13 réponses obtenues, qu’ils sont certes connus, mais utilisés principalement par les enseignants et les enseignantes impliqués dans leur élaboration. Or, même si l’utilisation des scénarios pédagogiques n’est pas encore complètement implantée dans les établissements, l’ensemble des réponses que nous avons reçues montre que dans leur très grande majorité, les cantons se sont attelés à la promotion de ceux-ci. De nombreuses initiatives visant à les faire connaître ont été mises en œuvre et continuent à se développer. Les réponses évoquent des newsletters (2), des feuilles d’information (3), des mises sur pied de workshop (2), des articles dans les journaux (2), des expositions (2), un concours (1), des journées thématiques (2), des présentations dans les cours (2), une utilisation de ceux-ci comme base dans les cours de formation continue et exemples dans les modules de formation des HEP (1). Enfin, les personnes-ressources ou formatrices (2) sont également considérées comme de bonnes mutiplicatrices de la diffusion. A toutes ces démarches s’ajoute encore le bouche-à-oreille (1).

**Aperçu des formations F3 **

Autres formations F3 de formateurs et formatrices

Nombre de participants et participantes

Les réponses des cantons montrent qu’environ 1’250 personnes ont suivi l’une des formations F3. Cela représente 2% du corps enseignant suisse de l’école obligatoire et du degré secondaire II (sans la formation professionnelle). Au moment de l’enquête, en janvier 2006, toutes les formations projetées n’étaient pas encore annoncées. Jusqu’à la fin de l’Initiative PPP-ésn, environ 1'500 enseignants et enseignantes devraient avoir suivi une formation F3.

8 cantons (suisses alémaniques) donnent des indications sur des formations-cadre en TIC données ou suivies, qui ont été organisées avant l’Initiative PPP-ésn. En tout, près de 400 enseignants et enseignantes ont été formés de la sorte, dont plus de 200 dans les cantons de Bâle-Campagne, Berne et Lucerne.

Egalité des chances

Les cantons étaient tenus d’encourager plus particulièrement les femmes à suivre les formations F3, afin d’augmenter le pourcentage d’expertes dans le domaine des TIC et de la formation en Suisse. L’analyse des réponses met en évidence qu’environ un quart des participantes et des participants sont des femmes. 7 cantons mentionnent une participation féminine de 50 % et plus. Toutefois, si l’on met en relation la répartition par sexe des certificats de fin de formations F3 avec celle du corps enseignant suisse, on peut dire que 3,6% des enseignants et 0,6% des enseignantes ont achevé une formation F3 dans le domaine des TIC. Les femmes restent donc très nettement minoritaires, alors qu’elles forment les deux-tiers du corps enseignant suisse.

Encourager les femmes à s’engager dans le domaine des TIC et de la formation doit absolument demeurer un thème d’actualité. Le tableau suivant figure la répartition détaillée par sexe et niveau scolaire des diplômes F3 et de l’ensemble du corps enseignant suisse.

Répartition du corps enseignant suisse et des participant-e-s aux formations F3Répartition du corps enseignant suisseselon le degré scolaire et le sexe#Répartition des participant-e-s aux formations F3selon le degré scolaire et le sexe##
fhfh
Degré préscolaire94.5%5.2%83%17%
Degré primaire78.4%21.6%37%63%
Degré secondaire I49.2%50.8%19%81%
Degré secondaire II41.1%58.9%22%78%

Source: Bildungsstatistik 2005, OFS

Source: Enquête CTIE-SFIB, 2005-2006

Reconnaissance des formations F3

Les formations s’achèvent avec un certificat. Certaines sont reconnues également dans d’autres cantons grâce à un étroit travail de collaboration.

Le Comité de la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique (CDIP) s’appuyant sur l’article 2 du Règlement du 17 juin 2004 concernant la reconnaissance des certificats de formations complémentaires dans le domaine de l’enseignement a édicté un profil pour les formations complémentaires destinées aux formateurs et formatrices dans le domaine des MITIC dans l’enseignement. Cette possibilité a pour but de faire en sorte que les formations F3 puissent être reconnues comme étant de même valeur. Cela donne aux personnes ayant suivi ces formations la possibilité de travailler dans d’autres cantons ou institutions et la possibilité de suivre à l’avenir des modules de formation continue supplémentaires. Pour la plupart des formations F3, une demande a été déposée auprès de la CDIP.

Collaborations cantonales

A travers les formations intercantonales F3 mises en place dans le cadre de PPP-ésn, une collaboration durable entre les cantons s’est développée et débouche sur de nouveaux projets communs. Dans le cas des Grisons et du Tessin, la collaboration a été mise en place pour des raisons linguistiques. Dans quelques cas, toutefois, les contacts entre les enseignants et les enseignantes ne demeurent que sur un plan privé.

Liens

Dernière actualisation de cette page: 09.03.2017

Job